Programmes d'oncologie

Programme de développement clinique du SOR-C13

Nouveau peptide en phase de développement pour le traitement des cancers avec tumeurs solides.

TRPV6 MOA SOR C-13Le SOR-C13 est un nouveau peptide synthétique court développé à partir de la région C-terminale de la soricidine, un peptide breveté de 54 acides aminés découvert par Soricimed Biopharma que l'on trouve dans la salive de la grande musaraigne. Le SOR-C13 se fixe avec une forte sélectivité et affinité au canal TRPV6 et perturbe sa fonction. Ce canal calcique est surexprimé dans les cancers avec tumeurs solides. Le canal TRPV6 joue un rôle central dans la cascade biochimique qui entraîne la régulation positive d'un ensemble de gènes procancéreux. Il s'agit donc d'une cible importante pour les nouvelles thérapies anticancéreuses. Le SOR-C13 est le premier inhibiteur du canal TRPV6 spécifique à être identifié et à faire l'objet d'un développement clinique.

Études précliniques

Le SOR-C13 s'est révélé efficace dans l'inhibition des tumeurs des modèles de xénogreffes animales du cancer de l'ovaire et du sein chez la femme. Des études réalisées avec du SOR-C13 marqué par un indicateur fluorescent et injecté par voie intraveineuse ont montré une absorption rapide par des tumeurs xénogreffées de l'ovaire et de la prostate, avec des signaux devenant bien visibles après environ 20 à 30 minutes, se maximisant à environ 1 h et se maintenant pendant au moins 72 heures. Ces résultats indiquent que le SOR-C13 s'accumule rapidement dans les tumeurs et y demeure pendant l'inhibition du TRPV6.

Dans les études toxicologiques sous conditions BPL chez le rat et le chien (exigées par les organismes de réglementation avant les essais cliniques chez des sujets humains), on a observé une toxicité minimale et une absence d'immunogénicité lorsque le SOR-C13 a été injecté par bol intraveineux pendant 28 jours. Il est important de noter qu'aucun effet toxique sur le cœur n'a été observé. L'absence de cardiotoxicité a été confirmée par des études portant sur d'autres canaux, avec aucune modulation de l'activité du canal par le SOR-C13. En outre, le SOR-C13 pourrait être administré à de fortes doses avant que n'apparaissent des signes de pathologie anatomique. Les données précliniques ont été soumises à la FDA sous forme d'une demande d'homologation de nouveau médicament de recherche (Investigational New Drug – IND) ainsi qu'à Santé Canada en tant que demande d'essai clinique (DEC) afin de faire progresser le SOR-C13 au stade d'essais cliniques chez des sujets humains atteints d’un cancer.

Essai clinique de phase 1 du SOR-C13 – Innocuité avec indication d'efficacité

Il s'agit de la première étude d'innocuité de phase 1 du SOR-C13 chez des sujets humains, avec augmentation de la dose, évaluant le SOR-C13 chez des adultes atteints de tumeurs solides avancées d'origine épithéliale non réceptives aux traitements standards (NCT01578564). Vingt-trois patients atteints d'un cancer au stade IV et un patient atteint d'un cancer au stade III ont participé à l'étude. En tout, 14 différents cancers avec tumeurs solides étaient représentés. L'étude a eu lieu au MD Anderson Cancer Center de l'Université du Texas, à Houston, au Texas; au Juravinski Cancer Centre, à Hamilton, en Ontario; et au London Health Sciences Centre, à London, en Ontario.

MD Anderson Cancer Center

Juravinski Cancer Centre

London Health Sciences Centre

Les patients ont été soumis à un schéma posologique intraveineux pendant deux cycles de 21 jours. Si leur médecin déterminait, après le premier cycle, que le traitement comportait des effets bénéfiques et que les effets secondaires étaient acceptables, le traitement pouvait être alors prolongé pendant un autre cycle de 21 jours.

55 Percent of patient icon

2 patients icon

Les résultats ont montré que le SOR-C13 était sûr et généralement bien toléré par les patients atteints de tumeurs solides avancées d'origine épithéliale, sans preuves de toxicité hématologique, cardiaque, neurologique ou autre souvent observées lors des chimiothérapies cytotoxiques. Lors de la phase 1, 486 perfusions intraveineuses ont été réalisées. Aucun effet indésirable important n'a été observé.

Soricimed a obtenu de la FDA la désignation de médicament orphelin pour le traitement des cancers de l'ovaire et du pancréas avec le SOR-C13.

L'étude a également fourni des indications préliminaires liées à l'activité anticancéreuse du SOR-C13. Après les deux premiers cycles de traitement, la maladie s'est stabilisée chez 55 % des patients. Un patient en stade évolutif est resté stable pendant plus d'un an. Une activité antitumorale prometteuse a été observée chez des patients atteints d'adénocarcinome canalaire pancréatique qui n'avaient pas répondu à trois thérapies anticancéreuses précédentes. On a observé chez un de ces patients une réduction de 27 % de la taille de la tumeur après quatre cycles de traitement. Soricimed a obtenu de la FDA la désignation de médicament orphelin pour le traitement des cancers de l'ovaire et du pancréas avec le SOR-C13.

Voir la description complète de notre essai clinique de phase 1 dans l'article ci-joint publié dans le journal « Investigational New Drugs ».

Le SOR-C13 offre un mécanisme anticancéreux unique en inhibant l'activité du canal calcique TRPV6. Selon le niveau de tolérance au SOR-C13 et de son innocuité ainsi que d'une activité antitumorale prometteuse, d'autres études visant à étudier le SOR-C13 en tant qu'agent anticancéreux sont prévues pour le début de 2018.

La toxicité couramment observée lors des traitements par agents cytotoxiques est absente chez le SOR-C13, ce qui justifie les recherches avec des agents antinéoplasiques (c.-à-d. en associant le SOR-C13 à d'autres médicaments anticancéreux) afin d'augmenter l'effet anticancéreux accompagné d'une réduction des risques liés à une toxicité cumulative ou par chevauchement.

Powered by Innovasium